Navigation

Vous êtes dans : Accueil > Des professionnels vous informent > En savoir plus pour manger mieux > Les repères de consommation du PNNS

Les repères de consommation du PNNS

Affiche courbe des repères du programme national nutrition et santé.

Dans un contexte marqué par la croissance de l’obésité, du surpoids en France et par le développement des pathologies associées à une mauvaise alimentation, le ministère de la Santé a lancé le premier Programme National Nutrition et Santé en 2001. L’objectif principal de cette politique de santé publique est : « d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un des déterminants majeurs : la nutrition »

Qu'est-ce que le PNNS ?

PNNS  1 (2001-2005)  : Le programme national nutrition et santé définit 9 objectifs prioritaires qui se traduisent par 9 repères nutritionnels de consommation officiels. L’action majeure est de faire connaître ces repères via divers media et différentes actions de terrain pour que la population acquière une alimentation équilibrée, variée et pratique plus régulièrement de l’activité physique.

PNNS 2 (2006-2010)  : continuité cohérente du PNNS1 en diversifiant les lieux d’action (milieu scolaire, restauration collective,..).

PNNS 3 (2011-2015)  : un programme composé de 4 axes stratégiques chacun décliné en mesures d'actions spécifiques

  • Réduire les inégalités sociales de santé dans le champ de la nutrition au sein d'actions générales de prévention.
  • Développer l'activité physique et sportive et limiter la sédentarité, à tous les âges.
  • Organiser le dépistage et la prise en charge du patient dans le domaine de la nutrition (dénutrition, troubles du comportement alimentaire).
  • Valoriser le PNNS comme référence pour les actions en nutrition.

Les programmes en détail :

 

Les 9 repères nutritionnels de consommation :

Le SIVURESC, en construisant ses menus sur la base des recommandations du GEMRCN, s’implique quotidiennement dans la mise en application et la promotion de ces 9 repères nutritionnels. 

Une montagne de différents légumes.

Fruits et légumes : au moins 5 par jour

  • À chaque repas et en cas de petits creux.
  • Crus, cuits, nature ou préparés, Frais, surgelés ou en conserve.

En fait, il s’agit de   5 portions  de fruits et/ou de légumes  : par exemple 3 portions de fruits et 2 de légumes, 4 de légumes et une de fruit… et si vous pouvez en manger plus, c’est encore mieux ! L’idéal est d’alterner entre fruits et légumes, d’en diversifier les variétés et de les intégrer le plus souvent possible dans vos recettes : gratins, tartes salées ou sucrées….

Et une portion, c’est quoi ?
L’équivalent de 80 à 100 grammes, soit, pour avoir une idée simple, la taille d’un poing ou deux cuillères à soupe pleines. C’est par exemple : une tomate de taille moyenne, une poignée de tomates cerise, 1 poignée de haricots verts, 1 bol de soupe, 1 pomme, 2 abricots, 4-5 fraises, 1 banane…

 

 

 

Riz, légumineuses, pâtes, pomme de terre, riz, pain.

Pains, céréales, pommes de terre et légumes secs : à chaque repas et selon l’appétit

  • Favoriser les aliments céréaliers complets ou le pain bis.
  • Privilégier la variété dans cette grande famille d'aliments.

On classe dans la famille des féculents : le pain et tous les produits de panification (biscottes, pain grillé…), les céréales (riz, blé, orge, avoine, seigle…), les légumineuses (lentilles, fèves, pois chiches, haricots secs…)

 

 

Photos d'un verre de lait, plateau de fromage, fromage blanc, yaourt nature.

Lait et produits laitiers (yaourts, fromages) : 3 par jour 

  • Privilégier la variété.
  • Privilégier les fromages les plus riches en calcium, les moins gras et les moins salés.

Pour les enfants, les adolescents et les personnes âgées, c’est même 4 produits laitiers  qu’il est recommandé de consommer.

La catégorie des « produits laitiers » regroupe la plupart des produits élaborés à base de lait :  yaourts, fromages blancs, mais aussi fromages…et bien sûr le lait lui-même ! On considère qu’un produit laitier ou une portion de produit laitier correspond à :
- 1 yaourt (125g)
- 1 fromage blanc individuel (100g)
- 2 petits suisses (60g)
- 30 g de fromage
- 1 verre de lait…

 

Visuels aliments viandes, poissons, oeufs.
Viandes et volailles, produits de la pêche et œufs : 1 à 2 fois par jour

  • En quantité inférieure à celle de l’accompagnement.
  • Viandes : privilégier la variété des espèces et les morceaux les moins gras.
  • Poisson : au moins 2 fois par semaine.

 

 

 

Les différentes matières grasses.
Matières grasses ajoutées : « Savoir les choisir et réduire leur consommation »

  • Privilégier les matières grasses végétales (huiles d’olive, de colza...).
  • Favoriser la variété.
  • Limiter les graisses d’origine animale (beurre, crème...).

Les matières grasses « visibles »  sont celles que l’on ajoute soi-même, comme l’huile dans la poêle, la margarine, le beurre sur les tartines, la crème fraîche…

Les matières grasses « cachées »  sont celles présentes dans les aliments à l’état naturel ou celles ajoutées lors de leur fabrication. C’est par exemple le cas des viennoiseries, des barres chocolatées, des glaces, de certains plats cuisinés ou de certaines charcuteries...

 

Bonbons, tarte, biscuits, glace et chocolat.
Produits sucrés : « Limitez votre consommation de sucre tout en restant gourmand »

  • Attention aux boissons sucrées.
  • Attention aux aliments gras et sucrés à la fois (pâtisseries, crèmes dessert, chocolat, glaces...). 

Consommés de temps en temps et en quantité raisonnable, les produits sucrés sont compatibles avec un bon état nutritionnel : la confiture sur les tartines au petit-déjeuner, quelques biscuits pour un goûter...

 

Photo d'une salière.
Sel : limiter la consommation

  • Préférer le sel iodé.
  • Ne pas resaler avant de goûter.
  • Réduire l’ajout de sel dans les eaux de cuisson.
  • Limiter les fromages et les charcuteries les plus salés et les produits apéritifs salés.

Il est recommandé de ne pas consommer plus de 8g de sel par jour pour un adulte, soit l’équivalent de 3,15g de sodium (le sodium étant un composé du sel). N’oubliez pas que les enfants n’ont pas les mêmes besoins qu’un adulte. Par exemple avant 1 an, les aliments proposés à l’enfant ne sont pas à saler.

 

Eau du robinet et verre.
Boissons : de l’eau à volonté

  • Au cours et en dehors des repas.
  • Limiter les boissons sucrées (privilégier les boissons allégées).

 

 

 

Diverses activités physiques.
Activité physique : au moins l’équivalent d’une demi-heure de marche rapide chaque jour

  • À intégrer dans la vie quotidienne (marcher, monter les escaliers, faire du vélo...).

Les personnes pratiquant une activité physique régulière sont généralement moins exposées à l’obésité, aux accidents cardiaques et aux cancers que les autres.

 

Le petit plus!

« Pour un enfant, un légume sera toujours plus intéressant avec un féculent »

PNNS Féculent et légume (pdf - 982,18 ko)
 

 

Partager cette page sur

eZ Publish - © Inovagora